Le top 5 des raisons pour lesquelles la Séfarade veut épouser un Ashkénaze

[supsystic-social-sharing id="1"]

 

 

Raison 1 : Il ne croit pas/plus en Dieu

 

L’Ashkénaze n’est pas particulièrement rancunier, mais partant du principe que Dieu est mort à Auschwitz et que les absents ont toujours tort, il est un peu fâché avec. Résultat : à sa bar-mitsva, le buffet cochonnailles a fait un malheur.  Ses téfilins sont dans le coffre à jouets des enfants. Pour toi, fille élevée à coup de Houmach sur la tête, double avantage : ça désolera ta mère (ce qui est toujours ça de gagné) et ça te permettra de constater qu’effectivement, Kippour, quand tu manges, tu bois, et tu vas à la synagogue en voiture, ça passe vachement plus vite.

 

Raison 2 : Son sens de la famille est très limité

 

Il n’exigera de toi que peu d’enfants et de déjeuners chez ses parents. Les réunions familiales ? Une bougie, une minute de silence et un kaddish déchiffré en phonétique (cf. Raison 1). Et puis tu verras, la Pologne c’est très joli. L’occasion pour toi, une fois par an, de remercier l’Armée Rouge d’avoir libéré les camps en été. Là encore, double avantage : tu te pèles pas le cul par -12°C aux commémorations et tu peux passer l’hiver à Courchevel.

 

 Raison 3 : Il n’élève jamais la voix

 

Le garçon ashkénaze est bien élevé. Il ne fait jamais de scandale. Pas un mot plus haut que l’autre. En cas de conflit, son niveau sonore flirte avec les aigus d’Etienne Daho. Si un jour, par miracle, tu réussis à le faire sortir de ses gonds (ce dont je ne doute pas), il s’enfermera dans sa voiture, mettra Rachmaninov à fond et foncera chez son analyste, avec qui il essaie de comprendre depuis trop longtemps pourquoi, avec sa mère, quelque chose s’est brisé le jour où il a raconté à table un extrait du spectacle « Les Magnifiques » de Michel Boujenah.

 

Raison 4 : Il est comme toi, il déteste les Séfarades

 

A chaque fois que vous allez rendre visite à ta mère et que vous passez par Belleville, il a l’impression de faire une excursion à Thoiry. Après avoir bien soigneusement verrouillé les portes du véhicule pour plus de sécurité, il dira à votre dernière calée à l’arrière « Oh regarde Ethel, Le rabbin là-bas… C’est beau quand même ». Il regarde « La vérité si je mens » et les films d’Alexandre Arcady avec autant d’effroi qu’un documentaire sur le Grand requin blanc. Il ne perdra jamais une occasion de lancer ton père sur la vie juive à Tunis / son alyah avortée / son bras de fer pour arracher la présidence de la synagogue à cet escroc de…  Il prendra comme à chaque fois un air très concerné, le relancera même parfois pour mieux conclure, une fois rentrés chez vous, « Oui enfin tout ça me confirme que nous, les Ashkénazes, avons une Histoire et vous, les Séfarades, avez des anecdotes ».

 

Raison 5 : Il a un nom qui assure

 

Toute fille normalement constituée, saine de corps et d’esprit, vendrait un rein pour troquer son « Bismuth », « Benamou » ou « Fitoussi » contre « Hoffmann », « Wertheimer » ou « Goldberg ». J’ai encore en mémoire une soirée de célibataires. On devait être en 1990, toutes les filles portaient des chaussures à bout carré. Si si, un jour, c’était à la mode. Je nous revois toutes tournoyant avec la légèreté d’un agent de sécurité à l’aéroport Ben Gourion autour d’un même garçon, du nom de Morgenstern. Frédéric M O R G E N S T E R N. Onze lettres qui suffisaient à faire mouiller notre petite culotte et oublier la réalité objective qui nous sautait aux yeux : ce garçon aurait dû choisir entre petit et roux. Mais les deux, ça faisait beaucoup.

 

The SefWoman

 

Ma philosophie se situe entre « A Kippour tout le monde pardonne, sauf moi » (Raymond Bettoun) et « Dieu n’existe pas, mais nous sommes son peuple » (Woody Allen)

 

 

 

Abonnez-vous au compte Twitter de The SefWoman

 

© photo : DR


© visuel The SefWoman : Jewpop / DR

Article publié le 28 novembre 2011. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2017 Jewpop

Commentaires (0)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

Articles similaires

Il était une fois en Amérique : Las Vegas

Pourquoi aller chercher les Juifs jusqu’à Las Vegas alors qu’ils sont partout ? […]

La philosophie juive comme guide de vie. Episode 3, Freud

«J’ai une réponse, j’ai une réponse ! – Qui a la question ?». Maïmonide, Spinoza, […]

Le top 5 des raisons pour lesquelles la Séfarade veut épouser un Ashkénaze

Raison 1 : Il ne croit pas/plus en Dieu   L’Ashkénaze n’est pas […]

L’art de Saul Bass

Un livre essentiel célèbre enfin le génie de Saul Bass (1920-1996), le graphiste américain qui […]